Azay-le-Brûlé La commune aux douze villages

Histoire

Les origines d’Azay

 

L’origine d’Azay est fort ancienne, et son territoire fut habité depuis les temps les plus reculés, ainsi qu’en témoignent les nombreux outils en silex trouvés sur son sol : haches et grattoirs de la pierre éclatée ; d’autres, de la pierre polie provenant des lieux-dits : Cerzeau, Blanchon, Chamier, La Borne, Jaunay, Mons et Le Clatreau. Vestiges qui tendent à prouver que la commune a été habitée par les premiers hommes.

Il existe deux endroits qui indiquent "habitats sous les roches" et qui témoignent de la présence d’une population très ancienne. Ce sont : La Grotte, dans la vallée de la Sèvre, et Les Roches, dans la vallée du Chambon.

Il existe également deux lieux, appelés "Pierre Levée" l’un près de Jaunay, l’autre près de Fonvérines, mais on n’y trouve plus les pierres druidiques qui semblent leur avoir donné ce nom.

Plus près de nous, les Gaulois tracèrent une importante voie, allant jusqu’à l’océan et passant auprès d’Azay. Elle est connue ce jour sous le nom de "Chemin Chevaleret". Bedane ou "Bec d’âne" est un ancien oppidum, ayant deux sources de chaque côté, et un souterrain avec une sortie de chaque côté également. L’oppidum était un habitat en hauteur fortifié, en bois, au début de l’âge de fer, en pierre au second âge.

Des postes de surveillance et de défenses des voies antiques, avec petite troupe, étaient aménagés à proximité d’Azay. Deux lieux-dits : Les Chateliers, l’un près de Villaine, l’autre entre la Sèvre et Kadoré, en sont le témoignage.

Après la conquête de la Gaule Celtique, les Romains occupent le pays. L’un d’eux, un notable, Asius, donna son nom à la localité. D’autres romains s’installèrent en plusieurs endroits de la commune, où l’on trouve encore des traces de leurs habitations, appelées "Villas" construites avec luxe

© Mairie d'Azay-le-Brûlé

8 route du Quaireux - Cerzeau

79400 Azay-le-Brûlé

Plan du site - Mentions légales